Quelles différences entre lettre et mail de motivation ?

Le mail n’a pas encore enterré la lettre de motivation. Il l’a simplement déplacée dans les pièces-jointes. Pour susciter l’intérêt des recruteurs, il faut maintenant rédiger deux textes distincts.

Ces deux exercices répondent à des logiques différentes. Je vous explique.

La lettre de motivation, obsolète ? Non, pas vraiment. Certes, la lettre manuscrite est tombée aux oubliettes, mais un texte pour expliquer la cohérence de sa candidature et rendre compte de ses motivations reste essentiel. Si vous écrivez dans le corps du mail ou dans un document en pièce-jointe, les codes ne sont pas les mêmes, car la lecture ne se fait ni au même moment, ni avec la même intention.

Utilisez des mots pour habiller le CV

Il serait un peu cavalier d’envoyer un CV sans aucun texte. Cela arrive ! Les recruteurs reçoivent plusieurs dizaines de candidatures par jour. Alors, même si le CV reste un des éléments les plus importants, il ne suffit pas. Quand il s’agit de trier vite, l’absence de lettre en pièce-jointe ou de texte dans le corps du mail peut être interprétée comme une absence de motivation. Et quand on a un parcours atypique (expression à ne pas utiliser face à un recruteur), une lettre ou un mail de motivation est votre meilleur allié.

En rédigeant votre candidature, il faut penser à l’ordre logique dans lequel le recruteur va l’étudier. D’abord, il lit rapidement le mail ; puis il ouvre le CV. Enfin, si le CV l’intéresse, voire l’intrigue, il se penchera sur votre lettre de motivation. C’est là que réside toute la différence entre les deux exercices.

Il faut absolument que la pièce-jointe existe, même si dans 90 % des cas elle n’est guère lue. C’est le bon endroit pour glisser des informations complémentaires, mais pas essentielles.

Optez pour un texte dynamique dans le mail pour introduire le CV

Vous n’écrivez plus vos mails comme vous rédigiez les courriers à une époque lointaine. Dans un mail, vous pouvez vous permettre d’être plus direct et d’utiliser un style moins ampoulé. Aux lettres de motivation, le recruteur préfère les mails d’introduction, qui donnent envie de se pencher sur la candidature. En effet, dans le corps du mail, le recruteur veut voir apparaître deux ou trois phrases dynamiques seulement, qui donnent envie d’ouvrir le CV. L’essentiel, c’est d’y faire figurer l’intitulé du poste, et de s’adresser à la bonne personne.

Cependant, toutes les familiarités ne sont pas permises, au contraire. C’est ce que le recruteur voit en premier du candidat, il faut donc prêter attention à la structure des phrases (sujet, verbe, complément, toujours), aux fautes d’orthographe, et bannir les abréviations. Le ton dépend aussi du niveau de poste et de l’interlocuteur. Si vous postulez dans un cabinet d’avocats auprès de managers seniors, vous restez plus classique que si vous vous adressez au patron d’un call-center. Dans tous les cas, les formules type « Je vous prie d’agréer » sont à oublier dans le mail de motivation.

Soignez votre lettre

La lettre en pièce-jointe est beaucoup plus formelle : en trois paragraphes, elle permet d’aller plus loin par rapport à ce qui a été dit dans le CV. Ne vous répétez pas mais évoquez des détails très précis, quantifiés. Racontez par exemple, comment vous êtes venu à bout d’un défi, ou mettez en avant, un résultat chiffré. Pour vous faire comprendre rapidement, il est de rigueur de garder une structure classique, le fameux « vous-moi-nous ». Portez une attention toute particulière au style dans deux cas : s’il est nécessaire d’avoir une belle plume pour le poste ou si l’envoi d’une lettre était précisé dans la fiche de poste. Dans ces deux contextes, le recruteur passe plus de temps à vous lire, et fera attention aux détails. C’est le moment de tout donner pour que l’étude de votre candidature se termine par une convocation à un entretien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *